Syndicat d'Apiculture du Rhône et de la Région Lyonnaise

Chambre d'Agriculture - 18 rue des Monts d'Or - 69 890 La Tour de Salvagny



Assemblée Nationale : Question de Mr André GERIN

ASSEMBLÉE NATIONALE

Question écrite, de Monsieur André GERIN, Maire de Vénissieux, Député du Rhône, à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, sur les conséquences de sa décision de renouveler l’autorisation de mise sur le marché de l’insecticide Cruiser.

André GERIN, Député Maire de Vénissieux

Monsieur André GERIN, Maire de Vénissieux, Député du Rhône


24 février 2009

André G E R I N
Maire de Vénissieux
Député du Rhône


QUESTION ÉCRITE

Monsieur André GERIN attire l’attention de monsieur le ministre de l’agriculture et de la pêche sur les conséquences de sa décision de renouveler l’autorisation de mise sur le marché de l’insecticide Cruiser en traitement des semences du maïs pour lutter contre le taupin.

L’utilisation de ce produit décime des colonies d’abeilles et menace l’apiculture française. En 2008, dans certaines régions, comme Rhône-Alpes ou l’Alsace, les mortalités ont pu atteindre 30 % à 40 % du cheptel et parfois davantage.
L’ensemble des enquêtes effectuées démontre un taux de perte toujours plus élevé en zone de grande culture ou de vergers que dans les zones de montagnes.

L’autorisation renouvelée s’accompagne certes de préconisations. Celles-ci se révèlent inapplicables et incontrôlables.
Les trois premiers sont identiques à celles de l’année dernière : renforcement des conditions d’enrobage, usage sur une même parcelle uniquement une année sur trois et utilisation possible seulement sur certains maïs. En 2009, une quatrième préconisation s’y ajoute : les agriculteurs sont obligés de mettre en place des déflecteurs sur les semoirs afin de limiter les émissions de poussières lors des semis. Or, il apparaît que plus de la moitié des semoirs utilisés en France ne peuvent être équipés de réflecteurs. Les abeilles sont donc encore gravement menacées cette année.

En 2008, l’autorisation française se basait sur celle de nos voisins allemands selon le principe européen de ‘’reconnaissance mutuelle’’. Or, depuis, l’Allemagne a retiré son autorisation suite à des intoxications massives de ruches à cause de l’emploi du ‘’Poncho pro’’, un insecticide de la même famille que le Cruiser. En outre, le gouvernement allemand commence à mettre en doute l’efficacité de ces traitements : des 7 foyers d’infestation du maïs par la chrysomèle en 2007, la contamination est passée à 80 malgré les traitements.
L’autorisation du Cruiser a également été retiré en Italie en septembre 2008, ainsi qu’en Slovénie.

Le député demande à monsieur le ministre que la France prenne les mêmes dispositions que nos partenaires allemands, italiens et slovènes, qui ont eu, en 2008, à déplorer, comme nous, des pertes importantes de cheptels d’abeilles pour des raisons identiques et qui ont décidé d’interdire l’insecticide incriminé. Il lui semble, en outre, paradoxal, de prétendre développer une agriculture durable et d’autoriser des insecticides neurosystémiques en traitement de semences, d’envisager la mise en œuvre des préconisations du rapport Saddier pour une nouvelle organisation de la filière apicole et de permettre l’emploi de produit qui conduit à sa perte.

Réponse publiée au JO le 14/04/2009 page 3506

GERIN André - 13 juillet 2009

Réalisé par Cuperteam