Syndicat d'Apiculture du Rhône et de la Région Lyonnaise

Chambre d'Agriculture - 18 rue des Monts d'Or - 69 890 La Tour de Salvagny



Interdiction de l’utilisation de 3 molécules

29 Avril 2013

C’est une bonne nouvelle pour l’apiculture et pour les pollinisateurs : aujourd’hui, suite au vote des Etats membres, la Commission européenne a annoncé qu’elle interdirait l’utilisation de l’imidaclopride, du thiaméthoxam et de la clothianidine pour le traitement de semences, de sols, et en pulvérisation, à compter du 1er décembre 2013. Cette interdiction concerne les plantes attractives pour les abeilles, et les céréales semées de janvier à juin. L’essentiel des céréales à pailles cultivées en France n’est donc malheureusement pas concerné.
Mais c’est toute de même un premier pas !

Vous lirez la réaction de l’UNAF ci-dessous.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UNAF

Commission européenne retire enfin trois molécules reconnues dangereuses pour les abeilles. Pour l’Union Nationale de l’Apiculture Française, après plus de 15 ans de lutte acharnée, c’est un grand jour mais ce n’est qu’un premier pas pour la protection de l’apiculture, des pollinisateurs et de l’environnement.
Les Etats membres de l’Union européenne se réunissaient ce matin pour statuer sur le retrait de trois molécules néonicotinoïdes : l’imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxam (substances actives à la base des préparations : Gaucho, Cruiser, Poncho, Cheyenne, etc.)

Malgré le lobbying acharné des fabricants de ces pesticides, 15 Etats membres, dont la France et l’Allemagne, ont soutenu la proposition de la Commission européenne de suspendre pour deux ans l’utilisation en enrobage de semences, en traitement de sol et en pulvérisation de ces trois pesticides, responsables de la mort de milliers de colonies d’abeilles. Bien que ce nombre ne suffise pas à atteindre une majorité qualifiée, le Commissaire européen Tonio Borg a annoncé que la Commission irait au bout de sa proposition et que l’interdiction entrerait en vigueur à compter du 1er décembre 2013.

L’UNAF salue la position du ministre de l’Agriculture française Stéphane Le Foll qui avait retiré, dès juin 2012, l’autorisation du Cruiser sur colza.

Cette décision intervient à la suite des trois avis du 16 janvier dernier de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) identifiant des risques importants pour les abeilles induits par ces molécules et non pris en compte au moment de leur évaluation et de la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques contenant l’une d’elles .

Pour Olivier Belval, « Ce vote marque enfin la reconnaissance du combat des apiculteurs et de l’UNAF contre ces insecticides neurotoxiques. Pendant 15 ans, les abeilles et les apiculteurs ont été victimes de ces produits. Il est indispensable que cette décision se poursuive au-delà des deux ans annoncés, et surtout qu’elle recouvre l’ensemble des cultures ».

Car, aujourd’hui, ni les céréales à pailles semées en hiver, ni les betteraves, ni les traitements en forêts ne sont concernés par cette interdiction. Ces produits présentent pourtant une très importante persistance dans le sol, les rendant ainsi capables de contaminer les cultures suivantes ou les plantes adventices. En France, c’est un tiers des céréales à pailles qui est traité avec les néonicotinoïdes , alors que ces mêmes cultures sont utilisées en rotation avec du tournesol, très attractif pour les abeilles !

UNAF - 29 mai 2014

Réalisé par Cuperteam