Syndicat d'Apiculture du Rhône et de la Région Lyonnaise

Chambre d'Agriculture - 18 rue des Monts d'Or - 69 890 La Tour de Salvagny



Journée technique apicole du Syndicat d’apiculture du Rhône du 4 février 2017

Syndicat d’apiculture du Rhône
Journée technique du 4 février 2017
Quatre conférences ont passionné les apiculteurs ...


Cent vingt personnes, essentiellement des apiculteurs, ont pris la place des étudiants vétérinaires sur les bancs d’un des amphithéâtres de VetAgro’Sup le 4 février dernier pour la journée technique du Syndicat d’apiculture de la région lyonnaise.

Au programme : quatre conférences sur des sujets très variés, insecticides néonicotinoïdes, élevage de reines, insémination artificielle et propolis...

Les-intervenants Jacques Kemp, Françoise et Bernard Sauvager, Emmanuelle Bougrelle (nouvelle présidente du syndicat d’apiculture), Jean-Marc Bonmatin et Alain Rouchon.

Conférence de M. Jean-Marc BONMATIN, Docteur en chimie-physique au CNRS d’Orléans

Le docteur Jean-Marc BONMATIN, chercheur au CNRS, est le vice-président de la « Task force on systemics pesticides », un regroupement de scientifiques du monde entier réunis pour tirer la sonnette d’alarme sur les effets nocifs des pesticides systémiques sur la biodiversité.
Sa présentation a évoqué « l’évaluation mondiale intégrée », une somme de travaux scientifiques qui montrent que les néonicotinoïdes notamment ont des effets graves et avérés sur quasiment tous les groupes d’êtres vivants connus : les insectes, bien sûr, mais aussi les plantes, les crustacés, les poissons, les reptiles, les oiseaux, les vers, etc. Comment imaginer alors qu’ils n’aient pas de conséquence sur les mammifères ?

Tableau-toxicité Toxicité des différentes molécules

Mais il a montré aussi les formidables marchés que représentent ces produits pour les fabricants, et donc l’enjeu phénoménal de leur utilisation… ce qui explique (sans excuser !) le manque de décisions des autorités.

Pourtant, les lignes commencent à bouger doucement, avec des pays qui interdisent certains produits (à partir de 2018 en France) : « Les apiculteurs français peuvent se féliciter d’avoir été les lanceurs d’alerte sur ce sujet, qui concerne toute la planète », a lancé Jean-Marc BONMATIN.

Conférence de M. Jacques KEMP, administrateur à l’UNAF et apiculteur "L’élevage autrement"

Jacques KEMP nous présente différentes méthodes d’élevage de reines. L’élevage classique avec picking puis avec le boîtier d’élevage "Kemp".

L’intérêt principal de ce système pour l’apiculteur étant la suppression du greffage des larves, car la reine pond directement dans les cupules.

Boitier-Kemp Kit KEMP pour élevage de reines

L’élevage peut être effectué à partir d’œufs ou de jeunes larves d’ouvrières, mais aussi à partir d’œufs de mâles fraichement pondus, car ces ovules peuvent encore être fécondés dans les minutes qui suivent la ponte.
Une technique utile pour la sélection, car elle permet de maîtriser la génétique de la descendance, tant du côté de la mère (la reine) que du père (le faux-bourdon).

Cupules-kemp Cupulettes KEMP

Jacques KEMP a également présenté la production de gelée royale à partir de ce boitier.

Larves-acceptées Larves acceptées

Conférence de M. Bernard SAUVAGER sur "L’insémination instrumentale des reines d’abeilles"

Bernard SAUVAGER nous a présenté la fécondation instrumentale des reines d’abeilles, autrement dit l’insémination artificielle. Une technique que le syndicat d’apiculture du Rhône souhaite développer ces prochaines années avec des stages d’insémination de reines.

Insemination-des-reines Insémination instrumentale d’une reine

Principal intérêt de cette technique : contrôler la génétique des deux ascendants, mâle et femelle, et constituer des lignées pures pour mener à bien la sélection. Elle permet aussi de sortir des périodes naturelles de fécondation et de s’affranchir des conditions météo.
Les inconvénients sont un appareillage coûteux, une mise en œuvre très délicate qui exige apprentissage et pratique, et un suivi généalogique précis pour éviter la consanguinité.

La description pas-à-pas de cette fécondation des reines, illustrée de spectaculaires photos, a impressionné les apiculteurs présents.

Conférence de Mme Françoise SAUVAGER pharmacienne et Maître de conférence sur "La propolis"

Françoise SAUVAGER a exposé avec de nombreux détails et références les innombrables propriétés biologiques de la propolis. Cette substance récoltée par les abeilles sur certaines é
corces et bourgeons et mélangée ensuite à leurs sécrétions salivaires, a des vertus dans de très nombreux domaines. Antimicrobienne, antivirale, antifongique et antiparasitaire, cytostatique (qui stoppe le développement des cellules), antimétastasique, anti-inflammatoire, anesthésiante, détoxifiante, immunostimulante…

Grattage-de-propolis Propolis obtenue par grattage des hausses

Les indications thérapeutiques de la propolis sont très vastes, de la dermatologie à la cancérologie, de la rhumatologie à l’ophtalmologie en passant par la sphère neuropsychique.
Un éventail d’indications qui provoque un regain d’intérêt pour la propolis, entraînant selon Françoise SAUVAGER une demande croissante des laboratoires, qui ont du mal à trouver satisfaction sur le marché français. Une source potentielle de revenus pour les apiculteurs, qui exige cependant une très grande rigueur.

Laurence MOUQUET

Laurence MOUQUET - 28 février 2017

Réalisé par Cuperteam